«

»

Évaluation par feedback

Et si on changeait le paradigme de l’évaluation ? Et si l’évaluation n’arrivait pas à la fin ? Et si l’évaluation n’était pas là pour sanctionner mais au contraire pour aider à apprendre ?

C’est le but de l’évaluation par feedback : l’évaluation pour une analyse systématique des erreurs, pour approfondir les apprentissages.
Mais pour que l’élève adhère à cette démarche, il faut qu’il sache ce qu’il y gagne, d’un point de vue comptable d’abord, pour lui permettre ensuite de sentir qu’il maîtrise davantage.

En construisant son sujet, le professeur commence par établir les critères minimum pour réussir le contrôle. Ce qu’il faut faire pour avoir C (10-12 sur vingt). Ces critères sont communiqués aux élèves, de manière implicite ou explicite, avant le contrôle (si contrôle il y a).
Lors de la correction, on indique ce que l’élève sait faire et on indique les pistes pour corriger les plus grosses erreurs. La note est fixée (si note il y a), non par rapport au corrigé mais par rapport aux critères minimum. Il s’agit d’une note “curseur”. Puis, grâce au feedback, on va permettre à l’élève d’augmenter ce curseur.
Concrètement, l’élève pourra alors reprendre sa copie, en faisant une auto-correction afin d’augmenter cette note. La copie et donc l’auto-correction, seront à nouveau corrigée, une nouvelle note sera fixée, forcément au moins supérieure à la première. Si la copie n’est pas parfaite, l’élève pourra la reprendre à nouveau, autant de fois qu’il le souhaite. Lorsque la note curseur correspondra à la note visée par l’élève, il arrêtera de s’auto-corriger. C’est donc l’élève qui décide de sa note et de l’effort qu’il souhaite y mettre afin de l’augmenter.

Un exemple : Pierre a eu D (tiens, vous utilisez des lettres, pas des notes, pourquoi donc ?) à son exercice de chimie organique. Il a compris la problématique du sujet mais il n’a pas su établir l’équation de la réaction d’oxydo-réduction. C’était un critère pour avoir C. Il reprend sa copie, explique son erreur et se corrige. Il rend de nouveau son travail. Cette fois-ci, l’équation de réaction est juste mais l’étape d’extraction n’est pas claire. Il obtient la note de C, avec une mention “explicite l’extraction”. Il peut décider de se contenter de sa note ou de retravailler l’étape d’extraction afin d’obtenir un B.

Nous pratiquons cette évaluation de 3 façons cette année :

– Sur des devoirs “en temps libre”. Les compétences (le couteau-suisse) par exemple sont validées par feedback, la seule date limite est celle de la fin du trimestre.

– L’évaluation aval : pour un bac blanc ou ne pas trop s’éloigner du système mis en place par l’administration (Devoir Sur Table, Devoir Surveillé, Devoir Temps Limité, Composition ou tout autre joli mot décrivant une évaluation sommative en temps limité sans ressource)

– L’évaluation amont : dans le style de l’EPCC (Evaluation Par Contrat de Confiance)

2 pings

  1. Évaluation par feedback | HG Sempai | S...

    […] Et si on changeait le paradigme de l'évaluation ? Et si l'évaluation n'arrivait pas à la fin ? Et si l'évaluation n'était pas là pour sanctionner mais au contraire pour aider à apprendre ? C'est le but de l'évaluation par feedback : l'évaluation pour une analyse systématique des erreurs,  […]

  2. Évaluation par feedback | Pedagogo. | S...

    […] “ Et si on changeait le paradigme de l'évaluation ? Et si l'évaluation n'arrivait pas à la fin ? Et si l'évaluation n'était pas là pour sanctionner mais au contraire pour aider à apprendre ? C'est le but de l'évaluation par feedback : l'évaluation pour une analyse systématique des erreurs,”  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>