«

»

Correction, un mal nécessaire ?

copiesPour la rentrée 2014, nous nous lançons dans un projet de “classe sans copies”. Voici l’appel lancé à nos collègues : 

Constat : On passe un temps non-négligeable à corriger des copies (6h en moyenne par semaine, d’après la dernière étude INSEE sur le temps de travail des enseignants). C’est un sujet assez récurent en salle des profs. Le plaisir de correction n’est pas vraiment une notion existante.

Et tout ça pour quoi ? Les élèves jettent à peine un œil à leurs copies (on les retrouve certaines fois à la poubelle). Combien prennent le temps de re-travailler leurs copies une fois rendues ? Au niveau européen, les profs français sont parmi ceux qui passent le plus de temps à corriger. Pour le résultat qu’on connaît…

Alors ? Alors, osons dire que nous avons un travail complexe demandant de l’expertise. Que ce temps de correction n’est pas un usage optimal de notre temps. Que nos élèves (et nos vacances amputées) méritent mieux !

Oui, mais comment faire ? On prend le problème à bras le corps et on se lance. On avance ensemble, en équipe, afin de trouver ensemble une vraie solution à ce problème. Cela passera par un peu de docimologie (étude de l’évaluation) pour comprendre comment marche cette « boîte noire » qu’est l’évaluation : à quoi elle sert ? qu’est-ce qui est efficace, qu’est-ce qui ne l’est pas ? est-elle un facteur de motivation pour les élèves ? ou au contraire, crée-t-elle un « blocage » ?

Une fois l’évaluation remise à sa juste place, trouvons ensemble des moyens concrets pour évaluer nos élèves pour les faire progresser. Et sans copies.

Et concrètement ? Aujourd’hui, nous avons identifié 2 leviers

– La correction « systématique ». A l’heure de l’ordinateur, tous les exercices simples, demandant une réponse pouvant être juste ou fausse n’ont plus à passer devant nos yeux. A l’aide d’exerciseurs, on peut facilement créer des exercices en ligne automatiquement corrigés. On a accès au résultat final de chaque élève, directement sur notre ordinateur.

– L’auto-évaluation et l’évaluation par les pairs. Sur des exercices ou problèmes plus complexes (les situations complexes), l’ordinateur est dépassé. Il est temps de sortir de la relation « verticale » prof/élève, chronophage et pas forcément très efficace. La relation horizontale élève/élève est plus productif. Les élèves travaillant tous en même temps et pas seulement ceux en relation directe avec le prof. Grâce à une après-midi par semaine de travail collaboratif en équipe interdisciplinaire, nos élèves auront le temps de re-travailler leurs copies afin d’apprendre de leurs erreurs.

Evaluation POUR les apprentissages, pas évaluation des apprentissages.

Alors, intéressé(e) ?

————————-

Pour information, les réactions des collègues ont été variées. Certains se sont montrés enthousiastes mais ne sont pas près pour l’instant à modifier leurs pratiques. D’autres ont eu des réaction beaucoup plus négatives, voir agressives. La correction, c’est n’est pas un acte anodin et chronophage. C’est en fait quelque chose qui touche presque à l’intime de la relation élève/prof, où beaucoup de choses se jouent. Un autre article à venir, en attendant, ce qu’en dit le café pédagogique est très pertinent.

(2 commentaires)

  1. Hervé

    Je suis en lycée en HGéo. Je serais partant. Y’a plein de questions, d’obstacles, de trouilles mais faut bien se lancer à un moment.

    1. Marie-Camille Coudert

      On va tenter de se lancer “en solo” cette année. En rajoutant des heures facultatives aux élèves et en les motivant pour qu’ils viennent (si on trouve de la place dans les emplois du temps…)
      Comme tu dis, pleins d’obstacles et de questions. La trouille pas, trop mais ne pas avoir de note depuis 2 ans ça aide à relativiser 🙂
      Bref, n’hésite pas à partager ton expériences, qu’on voit comment y arriver grâce aux essais/erreurs de chacun !
      Bonne rentrée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>